bande finale

 
                      Annonces paroissiales 

du 23 Juin au 8 Juillet 2018

Secrétariat Saint Honoré
2 rue Dom Bouquet    03.22.95.30.77          Nathalie Delapierre
lundi, jeudi, vendredi de 13h30 à 18h30 et mardi de 8h30 à 13h30
paroissedelapaix@wanadoo.fr             
 Site internet : http://paroissedelapaix.wifeo.com
 Facebook:paroisse de la paix

Prêtres de la paroisse:
Père Alexis CERQUERA                      06.74.83.01.28                                    alexiscer@me.com
Père Gilles de la SIMONE           06.80.02.07.11                                delasimonegilles@gmail.com
Père Léon LEE                            07.83.92.91.20                    
jongsukleo@gmail.com    
Père MAHUWENAN EMMANUEL BOKO 
      
                                    CELEBRER
 

HORAIRES ET LIEUX DES CÉLÉBRATIONS
Samedi 18h30 : Messe dominicale anticipée :
Dury : 1er dimanche ; Pont-de-Metz : 2e dimanche ; Salouël : 3e dimanche ; Saleux : 4e dimanche
8h30 Messe dominicale : église Saint-Honoré d’Amiens (2 rue Dom Bouquet)
10h30 Messe dominicale : église Sainte Jeanne d’Arc – Amiens (240, route de Rouen)
Messe en Semaine en l’Eglise Ste Jeanne d’Arc :
Mardi : 18H15  Adoration Eucharistique et Vêpres puis 18H45 Messe     -      Jeudi :  18H30  Messe            
 

 
EN UNION DE PRIÈRE - INTENTIONS DE MESSE du 23/06 AU 08/07/2018
   
   
12EME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
Nativité de St Jean-Baptiste
 
 
23/06/2018
 
SALEUX           (18h30)  :    Lucien Vergez             -          Jacqueline Jupin
 
 
24/06/2018
 
ST HONORE    (  8h30)  :    
 
 
24/06/2018
 
STE J. D’ARC  (10h30) :     Clotilde Cavet (8ème an.)   -   Manuel Craveiro (1er an.)
                                             Aline Letitre (1er an.)
 
   
   
13EME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
 
 
30/06/2018
 
 DURY              (18h30)  :     Gisèle Portelli
 
 
01/07/2018
 
ST HONORE    (  8h30)  :            
 
 
01/07/2018
 
STE J. D’ARC   (10h30) :    André Portier (7ème an.)   -    Daniel Secret (6ème an.)
                                                    
   
   
14EME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE
ACTION DE GRÂCES MINISTÈRE D’ALEXIS ET EMMANUEL
 
 
07/07/2018
 
PAS     DE     MESSE
 
 
08/07/2018
 
PAS     DE     MESSE  
 
 
08/07/2018
 
STE J.D’ARC    (10h30)  :   André Portier (7ème an.)
 

















 


 
 
 
   ILS NOUS 
ONT QUITTÉS
 
 Ste J. d’Arc                                       
     Sade Medjekal
    
Saleux :  Pierre Jean Viltart
                Bernard Crété
 
 
 
NOUS AVONS LA JOIE
 
MARIAGE  :      Samedi 23 juin à 16h30 en l’Eglise de Saleux
                                   Marie Laure Ossart et Jérémy Blandurel 
 
                          Samedi 7 juillet à 15h00 en l’Eglise Ste Jeanne d’Arc
                                    Stéphanie Leveque et Tony Visiere 
 
BAPTÊME :     24 Juin
     Ella Brunel-Alves -  Paul Dupuich   Enaël Jouen
    Clément et Sandro Durant-Luissint   
 


*************************************

         Agenda

 
 
Durant le mois de juillet comme d’habitude, la messe
dominicale anticipée sera célébrée à 18h30 dans les villages selon le calendrier ci-dessous :
30 juin      :    Dury                         14 juillet    :   PAS DE MESSE
21 juillet   :    Salouël                      28 juillet   :   Saleux
Pour le mois d’août la messe sera célébrée tous les samedis à 18h30 en l’Egliseût  de Pont de Metz.
Aucun changement pour la messe dominicale de Saint Honoré célébrée à 8h30 et celle de Sainte Jeanne d’Arc à 10h30.
 
ACTION DE GRÂCES MINISTÈRE D’ALEXIS ET EMMANUEL : Messe unique le dimanche 8 juillet à 10h30 en l’Eglise Ste Jeanne d’Arc.
 
Pas de messe en semaine à Ste Jeanne d’Arc durant le mois d’août 
 
Installation du Père Yves DELEPINE le samedi 8 septembre à 18h30 en l’Eglise Ste Jeanne d’Arc en présence de Monseigneur Olivier LEBORGNE
 
*************************************
 
 
Dimanche 24 juin : 15h30  Ordination de Gabriel de Colnet par Mgr Olivier Leborgne, Évêque d’Amiens. En la Cathédrale Notre-Dame d’Amiens
 
Samedi 30 juin – Dimanche 1 juillet : 4ème Pèlerinage des pères de familles : thème  «Lève-toi et mets-toi en route». Inscriptions :  Pèlerinages Picards – Pèlerinage des pères de famille – 384 rue Saint Fuscien – BP 43008 – 80030 AMIENS cedex 1
 
Du 1er au 8 juillet :    Festival « ORGANO PLENO 2018 » 
Dimanche 1er juillet  à 17h00   -   Mardi 3 juillet à 20h30   -   Vendredi 6 juillet à 20h30  et Dimanche 8 juillet à 17h00  à  la  Cathédrale Notre-Dame Amiens.
 

Les soirées du mardi en Baie de Somme 2018
Ces soirées commencent à 18h00 et se terminent à 22h00. Elles sont ouvertes à tous.
Participation aux frais : 6 € - Pour les adhérents : 5 € - Repas sur commande : 8 €  à retenir
le lundi après-midi par téléphone : 03 22 26 90 62 ou par mail  : fluxvalericain@live.fr
Possibilité de pique-nique.
 
Mardi 10 juillet : Guillaume GOUBERT Journaliste, Directeur du quotidien « LA CROIX »
« Le journalisme, une quête de vérité» Le journalisme est l’objet de nombreuses critiques, voire d’attaques. Les acteurs politiques et économiques cherchent à le contourner. De nouveaux acteurs sur les réseaux sociaux veulent prendre sa place. Et pourtant, dans un monde de plus en plus complexe, cette profession garde sa raison d’être: chercher la vérité des faits et permettre au plus grand nombre d’y accéder.
 
 
Mardi 17 juillet : Mgr Claude RAULT Père blanc, évêque émérite du Diocèse du Sahara Algérien. « Chrétiens à la rencontre des musulmans, nos frères » Vivre une vraie fraternité avec les musulmans: une utopie ? Non, une réalité dont témoigne l’évêque Mgr Claude RAULT, après 45 ans de vie en Algérie. Arrivé en 1970, son parcours lui a permis de vivre en proximité étroite.
 
 
Dimanche 22 juillet : Concert du chœur ukrainien BORYSTHENE, en lien avec la soirée du mardi 24 juillet et dans le cadre des 30 ans d’existence des « soirées du Mardi » 18h00 en l’Eglise de Saint-Valéry-sur-Somme.
 
 
Mardi 22 juillet : Jean-Bernard  DUPONT-MELNYCZENCO Agrégé d’Histoire.« Comment l’Ukraine devient un jeune état européen et démocratique » Découvrir un territoire nouvellement connu avec sa culture, ses pratiques religieuses et son identité revendiquée. Identifier les jalons sociaux, religieux et historiques qui ont mené à une indépendance légitime. Préciser la situation géopolitique actuelle.
 
 
Mardi 31 juillet : Marie-Noëlle et Jean BESANCON, Psychiatre et Entrepreneur Social,
Fondateurs de l’Association « Les Invités au Festin » Pour une nouvelle manière d’être avec les personnes en souffrance psychique : l’aventure des «  Invités au Festin »
Ils ont pris le risque insensé de mettre en oeuvre une utopie: sortir ceux que l’on appelle les fous de l’enfermement de l’hôpital sans les abandonner à la rue et à la précarité, les reconnaître comme des humains sans les réduire aux maux dont ils souffrent: et ils en témoignent.
 
BONNES VACANCES A TOUS
 *************************************
 

ORDINATION
 
L’ordination d’un nouveau prêtre concerne l’Église diocésaine tout entière : c’est d’abord pour elle, pour son bien et sa croissance dans le Christ et la vie selon l’Évangile, pour sa cohésion et son élan apostolique qu’un ministre va lui être donné. L’église diocésaine rassemblée pour la célébration est sujet et acteur de l’ordination. Au début de la célébration l’Église, par la voix d’un de ses prêtres, demande à l’évêque d’ordonner le candidat : « Père, la Sainte Église, notre Mère, vous présente son fils et demande que vous l’ordonniez pour la charge du presbytérat ». L’évêque demande alors si celui-ci a les aptitudes requises pour le ministère et une personne qui l’a accompagné dans sa formation présente le candidat. La présentation a une signification ecclésiale profonde : le ministère n’appartient pas à ceux qui en reçoivent la charge, il est confié par l’Église qui détermine les qualités humaines, relationnelles, spirituelles, morales et pastorales nécessaires. La phrase rituelle conclut : « Le peuple chrétien a été consulté, et ceux à qui il appartient d’en juger ont donné leur avis. Aussi j’atteste qu’il a été jugé digne d’être ordonné. »
Avant de procéder à l’ordination elle-même, l’évêque interroge l’ordinand pour qu’il déclare devant tous sa ferme intention de recevoir la charge du presbytérat. Il répond d’un ferme « Je le veux » à l’évêque qui lui demande s’il s’engage à accomplir les fonctions ministérielles : guider le peuple de Dieu, annoncer l’Évangile et la foi catholique, sanctifier le peuple de Dieu par les sacrements et prier pour le peuple qui lui sera confié ». L’ordinand se prosterne alors complétement à terre, signifiant qu’il s’abandonne totalement à la grâce de Dieu et qu’il se laissera relever par Dieu. L’assemblée chante la litanie des saints qui met en union l’Église du ciel et l’Église de la terre.
C’est par l’imposition des mains de l’évêque et la prière d’ordination que le candidat reçoit le don de l’Esprit saint pour la charge presbytérale : « Nous t’en prions, Père tout puissant, donne à ton serviteur que voici d’entrer dans l’ordre des prêtres ; répand une nouvelle fois au plus profond de lui-même l’Esprit de sainteté ».
L’imposition des mains manifeste le corps pastoral de l’Église dans son unité et dans sa diversité ministérielle : l’ensemble des prêtres vient imposer les mains à la suite de l’évêque, l’évêque et le presbyterium qu’il préside, comme le Christ avec ses Apôtres. Ce geste d’imposition des mains fait entrer dans l’ordre des prêtres, la prière d’ordination déploie la richesse contenue dans ce geste. Elle s’adresse au Père et s’ouvre sur une grande action de grâce en forme d’anamnèse qui se prolonge dans l’épiclèse, l’invocation de l’Esprit saint sur l’ordinand. Elle se poursuit par des demandes qui implorent les fruits du don de l’Esprit pour le nouveau prêtre. Elle s’achève dans la louange avec une doxologie trinitaire. L’ensemble des ratifié par l’Amen de l’assemblée.
Le nouveau prêtre est alors revêtu de l’étole et de la chasuble. Ses mains, qui vont sanctifier le pain et le vin au cours  de l’Eucharistie, qui vont transmettre l’Esprit saint dans les sacrements, sont marquées avec le saint chrême. La patène contenant le pain et le calice contenant le vin lui sont remis, indiquant qu’il aura la charge de présider la célébration de l’Eucharistie et de marcher à la suite du Christ ressuscité.
                   
D’après « l’Église locale et la liturgie de l’ordination » par Jacques Rideau, « La prière d’ordination, un acte d’Église, un Parole sur le ministère » par Bénédicte-Marie de la Croix, Célébrer n°385, juillet 2011, éd. Cerf.
                   EDITORIAL 
AVONS NOUS PEUR DE JÉSUS ?
 
Il m'est arrivé dans les mains, une petite revue dont la couverture posait cette question parce que (je crois) nous avons généralement une image « gentillette » de Jésus qui n'est pas forcement celle que nous montrent les Evangiles. Peut-être avons-nous aussi l’habitude d’édulcorer l’expérience que la première communauté chrétienne avait de Jésus, en oubliant les difficultés que cette communauté affrontait dans une société complètement hostile à cette nouveauté évangélique.
 
Quand nous lisons les évangiles, nous pouvons constater que les témoins de Jésus sont, soit dans la fascination, soit dans la gêne. Les paroles et les gestes de Jésus provoquent dans son public des avis partagés parce que, pour la « première fois », la parole correspond clairement à la vérité.
 
Jésus restitue le véritable visage de Dieu en l’appelant « Abba » et en nous donnant la possibilité de l’appeler Père. A partir de cela découle une autre réalité : nous sommes des frères et des sœurs, fils d’un même Père. Et nous pouvons même ajouter « bienheureux », sans pour autant nous la « couler douce » car il nous faut assumer pleinement l’annonce de la Bonne Nouvelle.
 
Le Royaume que Jésus annonce n'est jamais séparable de l’engagement social : « avoir les pieds sur terre » ! Il n’y a pas de premier commandement (aimer Dieu) sans le deuxième (aimer l’autre). Nous ne pouvons privilégier ni l’un ni l’autre, ces deux commandements sont une seule et unique réalité. Celle qui constitue le fondement de notre Église, de notre communauté et bien sûr de notre Paroisse.
 
Je m’interroge souvent, qu’est-ce qui nous arrive aujourd’hui, à nous, chrétiens ? Pourquoi tant de peur au moment de faire face à ces temps décisifs ? Pourquoi si peu de confiance en Jésus ? N’est-ce pas la peur de nous enfoncer qui nous bloque ? N’est-ce pas cette recherche aveugle de sécurité qui nous empêche de faire une lecture plus lucide, responsable et confiante, de ces temps ? Pourquoi ne voulons-nous pas voir que c’est Dieu qui conduit son Église vers un avenir plus fidèle à Jésus et à son Évangile ? Pourquoi cherchons-nous notre sécurité dans ce qui est connu et établi dans le passé, et ne voulons nous pas entendre l’appel de Jésus à « passer sur l’autre rive » afin de semer humblement la Bonne Nouvelle dans un monde indifférent à Dieu mais qui a tant besoin d’espérance ?
 
Quand nous sommes devant des « Aquarius », quand nous sommes auprès des familles endeuillées, quand nous animons une liturgie, quand nous offrons une feuille avant la messe dominicale, quand nous accueillons, quand nous célébrons ensemble, quand nous visitons des prisonniers, quand nous sommes avec des jeunes... n’oublions jamais que la personne à qui nous rendons ce service a besoin de douceur et de joie, d’espérance et de confiance. Ainsi pouvons-nous enlever la peur que le« Jésus-Institution » peut provoquer, et restituer l’image de Dieu: Notre-Père ! le véritable projet de Jésus.
 
                                           P. Alexis CERQUERA TRUJILLO, CM 


                 
 
LETTRE À DESTINATION DES BAPTISÉS DE LA SOMME
 
« Si tu savais le don de Dieu » (JN 4,10)
 
Chers amis, Chers frères et soeurs,
 
Au cours de la messe chrismale que nous venons de vivre, les prêtres en mission dans le diocèse ont renouvelé les promesses de leur ordination sacerdotale. Dans quelques semaines, j’aurais la grande joie d’ordonner un nouveau prêtre pour le diocèse, alors que quatre jeunes hommes sont en formation en vue du ministère presbytéral. C’est l’occasion pour chacun de nous de nous ouvrir à la grâce de ce ministère, et de nous replonger dans une dynamique des vocations.
 
Dieu nous appelle par notre prénom
Nul ne se lève dans la vie sans être appelé par son prénom. « Je t’ai appelé par ton nom » (Is 43,1) déclare le Seigneur, « Je t’ai gravé sur les paumes de mes mains » (Is 49,16). Comme Marie Madeleine, c’est à la manière unique qu’a le Christ ressuscité de nous appeler que nous le reconnaissons (cf. Jn 20,16). Et sa manière de nous appeler suscite à la vie, donne confiance, encourage, réconcilie avec soi-même et avec les autres, ouvre l’avenir. C’est l’expérience que vivent explicitement les consacrés, signe de ce que nous sommes appelés chacun à vivre.
Réapprenons à nous appeler par notre nom à la manière de Dieu, en discernant ce qu’il y a d’unique en l’autre. Nous participerons ainsi à le révéler.
 
Toute vie est vocation
Ainsi, toute vie est d’abord une réponse, l’audace de répondre à l’appel personnel au plus intime de soi, à se lever, à oser la vie.
Ce mot de « vocation » parfois inquiète. Employé le plus souvent pour désigner la vocation sacerdotale ou religieuse, il engage parfois sur des chemins que le monde ne comprend pas… Dieu appelle, et nous pouvons parfois craindre une tension, voire une contradiction, entre ce que Dieu veut pour nous, nos proches ou nos enfants, et ce que nous pensons spontanément bon pour nous et pour eux.
 
La joie de la réponse
Pourtant, l’appel de Dieu est toujours une promesse. Une promesse de vie : « Je suis venu pour que vous ayez la vie en surabondance » dit Jésus (Jn 10,10). L’Esprit Saint vient la réveiller en nous et nous donne de nous y engager. Pour cela, Il s’adresse à notre liberté. La volonté de Dieu ne contraint jamais. Elle rejoint le désir profond qui habite le coeur de chacun pour lui permettre de se déployer. Parce que c’est lui qui a mis en moi la promesse de vie qui m’habite, et parce qu’il est amour fou, je sais qu’il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarettes entre l’appel à la vie qui au plus intime de moi me constitue comme unique, et sa volonté pour moi. Quand j’ai peur de la volonté de Dieu, je me demande toujours en quel Dieu je crois. Alors je me remets devant le Dieu de l’Evangile : je sais qu’Il veut pour moi le meilleur (cf. Jn 2,1-11).
 
J’aimerais que tous, nous puissions relire nos vies comme la réponse à un appel. Nous découvririons combien cela fait jaillir la joie.
 
Laissons-nous saisir par cette dynamique de l’appel. Et par la joie d’y répondre sans réserve. Le seul désir du Seigneur est que nous portions en nous « sa joie parfaite » (Jn 17,13).

                                               Mgr Olivier Leborgne, évêque d'Amie
 
   

Ci -dessous un coupon pour envoyer votre participation au denier de l' EGLISE :
Imprimer( ou recopier) remplir, joindre à votre chèque et envoyer à :
 Association diocésaine d'Amiens    348, rue Saint Fuscien
BP 43008     80030 Amiens Cedex 1

On peut trouver le dépliant complet dans le fond des églises2017 denier de l` église

   
   
 
   
Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site